Les différents types d’attachement

Mary Ainsworth (1913 – 1999) a développé le paradigme de la situation étrange pour évaluer l’attachement chez des enfants de 11 à 24 mois. Ce paradigme consiste à confronter l’enfant à des séparations avec sa mère à plusieurs reprises et le mettre en présence d’un étranger. Cette expérience, particulièrement stressante pour l’enfant, n’est plus utilisée à l’heure actuelle. À partir de ses résultats, Ainsworth a dégagé 3 types d’attachement :

  • Attachement secure : l’enfant explore son environnement sans problème en présence de sa mère. Si un inconnu rentre dans la pièce et que la mère est là l’enfant ne semble pas stressé. Quand sa mère sort de la pièce, il manifeste des comportements d’attachement (pleurs, cris,…). Au moment des retrouvailles avec sa mère, il se sent rapidement rassuré.
  • Attachement insecure anxieux/évitant : l’enfant explore son environnement en présence et sans sa mère. Au retour de sa mère, il l’évite. Son niveau d’anxiété est très élevé et l’empêche de déclencher ses comportements d’attachement.
  • Attachement insecure anxieux/ambivalent, résistant : l’enfant semble préoccupé. Il recherche le contact et en même temps le rejette. Il est très émotif lorsque sa mère s’absente et se met à pleurer sans pouvoir s’arrêter même quand elle revient.
  • Attachement insecure désorganisé : développé par Mary Main après avoir remarqué que 5 % des enfants ont des comportements ne rentrant dans aucune autre catégorie. Ce groupe représente les enfants ayant subi des maltraitances de manière directe ou indirecte. Dans 20 % des cas, la mère a elle-même subi des maltraitances dans son enfance et a peur de reproduire les mêmes comportements.